• Valérie Hervieux

Travailler au détriment de sa santé…Faites-vous du présentéisme?


Le contexte de travail actuel, qui favorise une intensification du travail et une amplification des attentes de productivité, créé un déséquilibre entre la santé des employés et leur travail. De plus en plus d’employés se rendre au travail malgré le fait que leur état de santé aurait justifié qu’ils s’absentent (1). Ce phénomène se nomme le présentéisme et a fait l’objet de plusieurs études en santé organisationnelle depuis les trois dernières décennies.



Le présentéisme est un phénomène préoccupant puisqu’il est associé à plusieurs effets négatifs, et ce, autant pour l’employé que pour l’organisation. On pourrait croire qu’un employé présent au travail, mais dont la santé est détériorée, est tout de même plus performant que lorsqu’il est complètement absent. Or, les résultats de plusieurs études témoignent du contraire : la perte en coût et en productivité serait plus grande lors des journées de présentéisme que lors des journées d’absentéisme (c’est-à-dire lorsqu’on s’absente pour maladies) (2-6). Le présentéisme serait effectivement plus coûteux pour les organisations que l’absentéisme (7, 8).


Les problèmes de santé associés au présentéisme, bien qu’ils puissent sembler être bénins (ex. : migraine, maux de dos, symptômes liés au rhume), peuvent mener à des problèmes de santé plus grave (9). Le présentéisme est également associé à des troubles musculo-squelettiques (10) (ex. : maux de dos), à la dépression (11-13) et à un déclin de la santé globale (14). Dans certains cas, le fait de se présenter au travail alors que l’on est malade plutôt que de prendre congé pourrait contribuer à amplifier les problèmes de santé (15). Le présentéisme accentue également le risque qu’un employé s’absente plus de 30 jours dans le futur dû à de graves problèmes de santé (16).


Le présentéisme pourrait également susciter chez l’employé qui est au travail malade un sentiment d’inefficacité au travail dû à la perte de productivité (15). En travaillant en dépit d’une problème de santé, les employés sont plus susceptibles de voir leur charge de travail augmenté étant donné qu’ils n’arrivent pas à être aussi performants (17). Cette augmentation de la charge de travail combiné à une diminution de l’efficacité nuerait par le fait même à la satisfaction au travail (18).


Bien que les effets néfastes du présentéisme soient bien documentés, le fait de travailler alors qu’on a une contrainte de santé n’est pas uniquement associé à des conséquences négatives. En effet, certains employés perçoivent le présentéisme comme une forme de thérapie qui les aide à oublier temporairement leurs problèmes de santé (19). Le fait de se présenter au travail leur permettrait également de rester actifs et d’éviter qu’ils s’isolent socialement. Des données probantes suggèrent effectivement qu’il y aurait aussi des effets bénéfiques au présentéisme (20-22). Le présentéisme peut s’avérer être positif puisqu’il traduirait un engagement et une satisfaction élevée au travail des employés (20). Les résultats d’une récente étude (23) suggèrent que lorsque que le présentéisme est géré de façon appropriée, c’est-à-dire encadré par les ressources adéquates (ex. : politiques de travail favorables à la santé, conditions de travail adaptées, possibilité de faire du télétravail, etc.), il peut s’avérer être bénéfique à la santé de l’employé et à sa performance au travail.


Nous avons certainement tous déjà travaillé alors que notre état de santé aurait justifié qu’on prenne une journée de congé. Je vous invite alors à vous poser les questions suivantes : est-ce que, de façon générale, votre milieu de travail est favorable à votre santé? Est-ce que votre milieu de travail encourage le fait que vous travailliez au détriment de votre santé? Notre travail est censé nous aider à nous épanouir, pas nous nuire!

Références

1. Karanika-Murray M, Cooper CL. Presenteeism: An introduction to a prevailing global phenomenon. In: Cooper CL, Lu L, editors. The Cambridge companion to presenteeism at work. Cambridge: Cambridge University Press; 2018. p. 9-34.

2. Goetzel RZ, Hawkins K, Ozminkowski RJ, Wang SH. The health and productivity cost burden of the "top 10" physical and mental health conditions affecting six large US employers in 1999. Journal Of Occupational And Environmental Medicine. 2003;45(1):5-14.

3. Hemp P. Presenteeism: at work—but out of it. Harvard Business Review. 2004;82:49-58.

4. Schultz AB, Edington DW. Employee Health and Presenteeism: A Systematic Review. Journal of occupational rehabilitation. 2007;17(3):547-79.

5. Cooper C, Dewe P. Well-being: absenteeism, presenteeism, costs and challenges. Occup Med (Lond). 2008;58(8):522-4.

6. Biron C, Saksvik PØ. Sickness presenteeism and attendance pressure factors: implications for practice. In: Quick J, Cooper CL, editors. Handbook of Organizational and Work Psychology. 3rd ed. New York: John Wiley; 2010. p. 77-96.

7. Goetzel RZ, Long SR, Ozminkowski RJ, Hawkins K, Wang S, Lynch W. Health, absence, disability, and presenteeism cost estimates of certain physical and mental health conditions affecting US employers. Journal of Occupational and Environmental Medicine. 2004;46(4):398-412.

8. Caverley N, Cunningham JB, MacGregor JN. Sickness Presenteeism, Sickness Absenteeism, and Health Following Restructuring in a Public Service Organization. Journal of Management Studies. 2007;44(2):304.

9. Kivimäki M, Head J, Ferrie JE, Hemingway H, Shipley MJ, Vahtera J. Working while ill as a risk factor for serious coronary events: the Whitehall II study. American Journal of Public Health. 2005;95(1):98-102.

10. Taloyan M, Aronsson G, Leineweber C, Hanson LM, Alexanderson K, Westerlund H. Sickness presenteeism predicts suboptimal self-rated health and sickness absence: a nationally representative study of the Swedish working population. PloS one. 2012;7(9):e44721.

11. Aronsson G, Gustafsson K. Sickness Presenteeism: Prevalence, Attendance-Pressure Factors, and an Outline of a Model for Research. Journal of Occupational & Environmental Medicine. 2005;47(9):958-66.

12. Collins JJ, Baase CM, Sharda CE, Ozminkowski RJ, Nicholson S, Billotti GM, et al. The assessment of chronic health conditions on work performance, absence, and total economic impact for employers. Journal of Occupational and Environmental Medicine. 2005;47(6):547-57.

13. Stewart WF, Ricci JA, Chee E, Hahn SR, Morganstein D. Cost of lost productive work time among US workers with depression. Journal of American Medical Association. 2003;289(23):3135-44.

14. Bergström G, Bodin L, Hagberg J, Lindh T, Aronsson G, Josephson M. Does sickness presenteeism have an impact on future general health? International Archives of Occupational and Environmental Health. 2009;82(10):1179.

15. Johns G. Presenteeism in the workplace: A review and research agenda. Journal of Organizational Behavior. 2010;31(4):519-42.

16. Bergström G, Bodin L, Hagberg J, Aronsson G, Josephson M. Sickness Presenteeism Today, Sickness Absenteeism Tomorrow? A Prospective Study on Sickness Presenteeism and Future Sickness Absenteeism. Journal of Occupational & Environmental Medicine. 2009;51(6):1-10.

17. Cooper C, Lu L. Presenteeism as a global phenomenon: Unraveling the psychosocial mechanisms from the perspective of social cognitive theory. Cross Cultural & Strategic Management. 2016;23(2):216-31.

18. Lu L, Lin HY, Cooper CL. Unhealthy and present: Motives and consequences of the act of presenteeism among Taiwanese employees. Journal of Occupational Health Psychology. 2013;18(4):406.

19. Knani M, Biron C, Fournier P-S. Presenteeism revisited: A critical review of existing definitions and measures In: Lu L, Cooper CL, editors. The Cambridge companion to presenteeism at work. Cambridge: Cambridge University Press; 2018. p. 35-68.

20. Miraglia M, Johns G. Going to Work Ill: A Meta-Analysis of the Correlates of Presenteeism and a Dual-Path Model. Journal of Occupational Health Psychology. 2016;21(3):261-83.

21. Barnes S. Presenteeism – how it can be managed and even used to the benefit of the unwell who want to work and the employer organization. Strategic HR Review. 2016;15(2):95-7.

22. Karanika-Murray M, Pontes HM, Griffiths MD, Biron C. Sickness presenteeism determines job satisfaction via affective-motivational states. Social Science & Medicine. 2015;139:100-6.

23. Karanika-Murray M, Biron C. The health-performance framework of presenteeism: Towards understanding an adaptive behaviour. Human Relations. 2019:0018726719827081.

©2018 by P.S.. Proudly created with Wix.com