• Valérie Hervieux

Répit quotidien > vacances

Mis à jour : févr. 6


De par sa nature, le travail requiert qu’on fournisse des efforts pour être en mesure de réaliser efficacement les tâches. L’employé qui s’investit pour répondre à ces exigences devra inévitablement récupérer suite aux efforts fournis. Or, un nombre inquiétant d’employés négligent ce temps de récupération, ce qui les rend susceptibles à l’épuisement professionnel. En ce sens, on peut qualifier le travail de la manière suivante : un fragile équilibre entre les exigences et les ressources.


Les employés ont besoin de récupérer quotidiennement du stress et de la fatigue occasionnés par le travail, sans quoi ils mettent à risque leur santé physique et mentale [1]. Dans un contexte où les exigences et les pressions au travail continuent de s’accroître, les employés sont plus à risque de fatigue et stress chronique ainsi que de vivre un épuisement professionnel [2].


Le répit désigne le processus par lequel un employé récupère durant son temps hors travail après avoir fourni des efforts au travail [2]. Les effets du répit sont reflétés par l’état psychologique et physiologique de l’employé après avoir récupéré [3]. Ainsi, les activités et les expériences que vivent les employés durant leur temps hors-travail ont un impact considérable sur comment ils se sentent et se comportent au travail. Un employé peut récupérer soit les soirs de semaine, la fin de semaine ou encore durant les congés plus longs comme les vacances [2]. La récupération quotidienne serait plus cruciale pour la santé et le bien-être des employés que la récupération lors des vacances [4, 5]. Ainsi, un répit adéquat sur une base quotidienne favoriserait le maintien du bien-être et de la performance au travail des employés [2]. Si l’employé ne réussit pas à récupérer de façon optimale sur une base quotidienne, l’employé accumulera une surcharge de stress et de fatigue [6], qui peut ensuite augmenter le risque d’épuisement professionnel et aggraver certains problèmes de santé [2]. Cette hypothèse est renforcée par le fait que les effets bénéfiques procurés par les vacances s'estompent rapidement [7]. Après des vacances, les niveaux d'épuisement professionnel et de stress reviennent à leur niveau pré-vacances seulement quelques jours après le retour au travail [8, 9].

Par conséquent, la récupération quotidienne ou pendant les fins de semaine s’avère particulièrement importante pour le bien-être des employés et par le fait-même, pour leur performance au travail [3].

Il importe de souligner que les efforts qu’un employé fournit au travail, même s’ils sont élevés, ne sont pas nuisibles pour sa santé ni son bien-être s’il a la possibilité de récupérer de ses efforts, et ce, sur une base régulière [2]. En d’autres mots, il faut maintenir l’équilibre entre les efforts (exigences) et la récupération (les ressources) !


Quelles activités favorisent davantage la récupération?

La façon de récupérer varie d’un individu à l’autre. Les résultats de quelques études montrent que les activités sédentaires ou exigeant peu d’efforts (ex. : regarder la télévision, écouter de la musique) permettraient aux employés de récupérer des efforts fournis au travail [4][2]. Paradoxalement, les activités physiques permettraient aussi aux employés de récupérer des efforts déployés au travail [2]. La nature de l’activité aurait en fait peu d’importance, ce qui en a par contre c’est le fait de ne pas utiliser les mêmes ressources que celles fournies au travail. De plus, pour être bénéfique, le moment de récupération doit faire abstraction des éléments stressants du travail. En effet, les activités reliées au travail réalisées dans le temps hors travail (ex. : répondre à ses courriels le soir) inhiberait la récupération, puisque cette dernière peut seulement se produire lorsque les exigences liées au travail sont absentes [4].

Le fait de consacrer son temps de récupération (le soir ou les fins de semaines) à des activités physiques ou sociales est lié à une augmentation du bien-être lors des journées de travail [4]. À l’inverse, le temps consacré aux activités liées au travail en soirée est associé à une diminution du bien-être. Un employé qui a suffisamment récupéré de sa dernière période de travail sera plus susceptible de s’engager au travail dans sa prochaine période de travail et d’être plus performant qu’un employé qui n’a pas récupéré suffisamment [10]. Or, le fait de se sentir « rechargé » le matin ne se traduit pas nécessairement par des effets positifs au travail [3]. Il semble que l’efficacité personnelle et l’absence de problèmes liés à son travail fassent également partis de l’équation pour que les employés puissent bénéficier de leur récupération [11, 12].


Le fait de prendre part à des activités de loisirs ne garantit pas une récupération. En effet, dans le cas où la personne ne retire pas de plaisir, ni de reconnaissance à faire l’activité, celle-ci ne contribuera pas au répit [2]. Bref, ce n’est pas une activité spécifique en soi qui aide les employés à récupérer, mais ce sont plutôt les attributs motivationnels et psychologiques rattachés aux activités qui semblent davantage déterminer le potentiel de récupération des activités.


En somme, prenons le temps de faire des choses qui nous plaisent en dehors de notre travail. En plus de contribuer à notre bien-être, cela favorisera notre récupération et nous serons davantage prêt à relever nos défis professionnels!


Références

1. Rook, J.W. and F.R. Zijlstra, The contribution of various types of activities to recovery. European journal of work and organizational psychology, 2006. 15(2): p. 218-240.

2. Demerouti, E., et al., Daily recovery from work-related effort during non-work time, in Current perspectives on job-stress recovery. 2009, Emerald Group Publishing Limited. p. 85-123.

3. Sonnentag, S., L. Venz, and A. Casper, Advances in recovery research: What have we learned? What should be done next? Journal of Occupational Health Psychology, 2017. 22(3): p. 365.

4. Sonnentag, S., Work, recovery activities, and individual well-being: A diary study. Journal of Occupational Health Psychology, 2001. 6(3): p. 196-210.

5. Sonnentag, S., Recovery, work engagement, and proactive behavior: a new look at the interface between nonwork and work. Journal of applied psychology, 2003. 88(3): p. 518.

6. Geurts, S.A. and S. Sonnentag, Recovery as an explanatory mechanism in the relation between acute stress reactions and chronic health impairment. Scandinavian Journal of Work, Environment & Health, 2006. 32(6): p. 482-492.

7. De Bloom, J., et al., Do we recover from vacation? Meta-analysis of vacation effects on health and well-being. Journal of Occupational Health, 2008: p. 0812090045-0812090045.

8. Westman, M. and D. Eden, Effects of a respite from work on burnout: vacation relief and fade-out. Journal of Applied Psychology, 1997. 82(4): p. 516.

9. Westman, M. and D. Etzion, The impact of vacation and job stress on burnout and absenteeism. Psychology & Health, 2001. 16(5): p. 595-606.

10. Demerouti, E., et al., From thought to action: Employee work engagement and job performance. Work engagement: A handbook of essential theory and research, 2010. 65: p. 147-163.

11. Schmitt, A., F.D. Belschak, and D.N. Den Hartog, Feeling vital after a good night’s sleep: The interplay of energetic resources and self-efficacy for daily proactivity. Journal of Occupational Health Psychology, 2017. 22(4): p. 443.

12. Sonnentag, S., et al., Reciprocal relations between recovery and work engagement: The moderating role of job stressors. Journal of Applied Psychology, 2012. 97(4): p. 842.

13. Fritz, C., et al., The weekend matters: Relationships between stress recovery and affective experiences. Journal of Organizational Behavior, 2010. 31(8): p. 1137-1162.

14. Fritz, C., et al., Happy, healthy, and productive: the role of detachment from work during nonwork time. Journal of Applied Psychology, 2010. 95(5): p. 977.

15. Shimazu, A., et al., Psychological detachment from work during nonwork time: linear or curvilinear relations with mental health and work engagement? Industrial health, 2016: p. 2015-0097.

©2018 by P.S.. Proudly created with Wix.com