• Laurence Garceau

Décrocher pour mieux apprécier


Ce sentiment de liberté, de légèreté, de repos après avoir passé quelques jours en voyage, ou en retrait dans la nature, dans un chalet. Ce moment sans son téléphone et sans le stress qui vient avec. Et si l'on pouvait recréer ce "feeling" simplement en apprenant à se détacher doucement de son téléphone au quotidien…Serait-il alors possible d'apprécier un peu plus les activités qui nous permettent d'évoluer, d'énergiser son système et d'ainsi se sentir plus libre ?



Dans ce monde où les écrans occupent une place de plus en plus grande et font partie de notre environnement quotidien, nous sommes parfois plus souvent sur nos écrans que dans le monde réel. Il peut être difficile de voir l'impact des écrans sur notre vie, toutefois être connecté en tout temps peut affecter notre moral de manière très négative. Réduire le temps d'écran est bénéfique à plusieurs égards en permettant entre autres une amélioration de la qualité du sommeil, de la productivité et une réduction du niveau de stress et de la sédentarité. Heureusement, les manières de décrocher n'ont pas besoin d'être extravagantes, voici quelques outils simples pour nous aider à doucement se déconnecter.


1) D'abord, faire le point sur sa « consommation » d’écran. Prendre conscience de son comportement est essentiel et aidera à cerner le problème. Ironiquement, notre téléphone est un bon outil pour réaliser le temps passé sur celui-ci et même plus précisément sur quelles applications. Plusieurs logiciels (notamment IOS) nous révèlent plusieurs statistiques qui aident à faire le point sur sa consommation, entre autres la fréquence et la durée d’utilisation de son téléphone, la quantité de notifications reçues, etc. Également, certaines applications permettent de se fixer des objectifs précis pour se déconnecter et nous aident à les respecter grâce à des paramètres de contrôle (ex. : Moment, Forest, Space).


2) Faire un peu de ménage. Désactivez les notifications superflues et profitez-en pour vous débarrasser des applications que vous n'utilisez plus.


3) Accordez-vous des moments sans technologie lorsqu'il n'est pas nécessaire d'être rejoint, par exemple lors d'une marche à l'extérieur ou lors de courtes sorties. Utilisez le mode "Ne pas déranger" ou l'application Off-Time qui permet l’envoi de réponses personnalisées automatiques pour laisser savoir à ses interlocuteurs lorsque l’on sera de nouveau en ligne. Le simple fait d'être à l’affut d'une potentielle notification ou d'un courriel empêche de décrocher, augmente le niveau de stress et diminue la productivité (1). C'est ce que confirme le docteur William Becker dans son étude (1) : le fait d'être joignable en tout temps augmente les symptômes d'anxiété même si aucune réponse n'est émise en retour.


4) Décrétez des zones sans technologie. On peut commencer par la chambre puisqu’une exposition aux écrans en soirée a pour effet d'interférer avec la sécrétion de mélatonine (l'hormone du sommeil) et a un impact néfaste sur la qualité du sommeil (2). C'est d’ailleurs la première étape pour un sommeil de qualité tel que nous l’indique Véronique dans son article sur le sommeil. À table serait une autre zone sans écran. Lors des repas, prenez plutôt le temps d’apprécier la nourriture et d’échanger avec votre entourage. Gardez votre téléphone loin de la table (ou même la salle de bain) pour débuter sa journée de manière plus positive et sereine. D'ailleurs, débuter sa journée sur les réseaux sociaux aurait une mauvaise influence sur sa motivation et augmenterait les émotions négatives telles que l'envie et la solitude. (3)


Il est donc sage de faire régulièrement le point sur sa consommation et de prendre conscience de son utilisation personnelle, puis de se demander ce qu'on aimerait changer et pourquoi. Il y a de simples moyens de se déconnecter sans être trop extrême pour se sentir plus serein et léger, comme lorsque vous êtes en vacances ou dans une escapade dans le bois. Ce repos mental est essentiel à notre santé et c’est pourquoi je vous encourage à utiliser les écrans de manière équilibrée. Apprécions davantage la beauté de l'environnement qui nous entoure plutôt que de l’observer sur un écran de quelques pouces!



Références :

1) Becker, W. J., Belkin, L., & Tuskey, S. (2018, July). Killing me softly: Electronic communications monitoring and employee and spouse well-being. In Academy of Management Proceedings (Vol. 2018, No. 1, p. 12574). Briarcliff Manor, NY 10510: Academy of Management.

2) Cajochen, C., Frey, S., Anders, D., Späti, J., Bues, M., Pross, A., ... & Stefani, O. (2011). Evening exposure to a light-emitting diodes (LED)-backlit computer screen affects circadian physiology and cognitive performance. Journal of applied physiology, 110(5), 1432-1438.

3) Dube, Dabi-Elle. “Internet, social media addiction linked to mental health risks: study.” Health. Global News, 9 Sept. 2016. Web. 20 Jan. 2017.<http://

globalnews.ca/news/2948555/internet-social-media-addiction-linked-to-mental-health-risks-study/>

©2018 by P.S.. Proudly created with Wix.com