• Valérie Hervieux

Actif et sédentaire, est-ce possible?

Mis à jour : 6 juin 2019


Tel que mentionné dans cet article concernant les méfaits de la sédentarité, les adultes canadiens passeraient un peu plus de la moitié de leurs heures éveillées à des comportements sédentaires (1). Par exemple, si une personne est éveillée 16h dans sa journée, elle passerait environ 9h en position assise. Comme vous le savez peut-être, le risque de mortalité prématurée est significativement plus élevé chez ceux qui passent plus de temps en position assise, et ce indépendamment de leur niveau d’activité physique (2). Cela signifie-t-il que vos efforts au gym n’apportent pas les effets escomptés? Pas du tout, la pratique régulière d’activités physiques procure de nombreux bénéfices pour votre santé. Cela signifie plutôt que, même si vous êtes actifs, vous devriez considérer à réduire vos comportements sédentaires puisqu’ils peuvent quand même nuire à votre santé. Autrement dit, nous devrions tous prendre conscience de nos comportements sédentaires.


Sédentarité à petite dose + activité physique à grande dose = santé optimale

En 2012, deux études comprenant au total plus de 200 000 participants ont montré une association entre le taux de mortalité et le temps total passé en position assise. Or, ces deux études (3,4) suggèrent que le temps sédentaire ne comporterait pas de risque pour la santé lorsque le nombre d’heures accumulées n’est pas trop élevé. Il est difficile de savoir le nombre d’heures exacte qui augmente le risque de mortalité prématurée. Cependant, les auteurs d’une autre étude suggèrent qu’au-delà de 7h en position assise, le risque augmente significativement (5). Les résultats montrent toutefois que le risque est moins élevé chez les personnes actives. Ainsi, l’activité physique offrirait un effet protecteur sur le risque de mortalité précoce. Par ailleurs, d’autres chercheurs ont voulu savoir quelle était la quantité nécessaire d’activité physique pour que celle-ci offre une protection contre les effets néfastes associés à la sédentarité (6). Il semblerait que 60 à 75 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée par jour puissent éliminer le risque de mortalité associé aux longues périodes passées en position assise.


Bien que la pratique d’activités physiques puisse offrir une certaine protection contre les effets délétères de la sédentarité, les chercheurs soulignent tout de même l’importance de limiter le temps sédentaire cumulé de façon prolongée et ininterrompue.


Enfin, répondons à la question initiale : oui il est possible d’être à la fois actif et sédentaire. D’ailleurs quatre situations différentes sont possibles et sont représentées dans cette image :



Le mode de vie le plus néfaste pour la santé serait celui incluant une grande quantité de comportements sédentaires et une inactivité physique. À l’inverse, le mode de vie procurant le plus de bénéfices pour la santé serait celui incluant peu de comportements sédentaires et une pratique d’activités physiques régulière. Et pour vous, quelle situation représente le mieux votre mode de vie?



Références :

1)Rao, D. P., Orpana, H., & Krewski, D. (2016). Physical activity and non-movement behaviours: their independent and combined associations with metabolic syndrome. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, 13(1), 26.

2)Katzmarzyk, P. T., Church, T. S., Craig, C. L., & Bouchard, C. (2009). Sitting time and mortality from all causes, cardiovascular disease, and cancer. Medicine & Science in Sports & Exercise, 41(5), 998-1005.

3)Matthews, C. E., George, S. M., Moore, S. C., Bowles, H. R., Blair, A., Park, Y., ... & Schatzkin, A. (2012). Amount of time spent in sedentary behaviors and cause-specific mortality in US adults–. The American journal of clinical nutrition, 95(2), 437-445.

4)Van der Ploeg, H. P., Chey, T., Korda, R. J., Banks, E., & Bauman, A. (2012). Sitting time and all-cause mortality risk in 222 497 Australian adults. Archives of internal medicine, 172(6), 494-500.

5)Chau, J. Y., Grunseit, A. C., Chey, T., Stamatakis, E., Brown, W. J., Matthews, C. E., ... & van der Ploeg, H. P. (2013). Daily sitting time and all-cause mortality: a meta-analysis. PloS one, 8(11), e80000.

6)Ekelund, U., Steene-Johannessen, J., Brown, W. J., Fagerland, M. W., Owen, N., Powell, K. E., ... & Lancet Sedentary Behaviour Working Group. (2016). Does physical activity attenuate, or even eliminate, the detrimental association of sitting time with mortality? A harmonised meta-analysis of data from more than 1 million men and women. The Lancet, 388(10051), 1302-1310.

©2018 by P.S.. Proudly created with Wix.com